InDesign CS4 reçoit encore plus de fonctions FrameMaker,
offre un paradis pour les opérateurs prépresse,
et propose un module d'exportation Flash.

Mise à jour très conseillée... ;-)

Que le temps passe vite ! J'avais l'impression qu'InDesign CS3 n'était disponible que depuis un an et voici qu'Adobe se sent obligée de proposer une mise à jour. Le logiciel est probablement le plus complexe de la société avec parfois pas moins de 350 développeurs maison sur le coup.

InDesign 2.0 a été un choc, InDesign CS2 (4.0) une énorme avancée... qu'en est-il d'InDesign CS4 (6.0) neuf ans après la sortie de la v 1.0 ? InDesign CS4 corrige-t-il ses principaux défauts en matière de gestion multilingues ? Non. InDesign CS4 gère-t-il les notes de bas de page de manière un tant soit peu plus avancée depuis deux versions ? Non. Il y a par-ci par-là des lacunes, des bugs ont été corrigés, mais ce qui a été ajouté dans cette nouvelle version va certainement vous inciter à mettre à jour...

Quant à QuarkXPress, il est une fois de plus largué... et bien largué...

LES PRINCIPALES NOUVEAUTÉS

Dans InDesign CS4 je relève deux grandes avancées : la gestion des textes longs et le pré-presse. Le texte d'abord avec les formatages conditionnels au sein des Styles de Paragraphe grâce au langage GREP, les références croisées et les textes conditionnels. Le pré-presse ensuite avec une explosion du nombre de fonctions dans la palette Liens, et la nouvelle palette Contrôle en Amont que j'ai suscitée à de nombreuses reprises auprès des développeurs depuis un mémo que je leur ai envoyé en février 2001. Lisez et vous en saurez plus...

LES MANQUES

Tout n'est pas parfait, on ne peut demander le maximum, mais il y a quand même un certain nombre de fonctions que j'estime indispensables et qui ne font partie du lot...

  • les objets disposés sur plusieurs calques sont ramenés sur un seul calque lorsqu'ils sont groupés. Les ingénieurs sont au courant (puisque le retour de flammes des utilisateurs est paraît-il assez violent) mais ils ont indiqué qu'ils y travaillent car ils veulent faire la distinction entre la notion de groupe d'objets (telle qu'on la connaît actuellement) et de rassemblement d'objets disposés sur plusieurs calques. Peut-être pour la CS5 ;
  • impossible d'importer les calques des fichiers Adobe en les faisant automatiquement correspondre aux calques du document InDesign s’ils portent le même nom ; aussi, les modes de fusion des fichiers Photoshop natifs importés comme les ombres portées en mode Produit opèrent une défonce sur les couleurs sous-jacentes et ne sont donc pas en surimpression même si le document est enregistré au format Photoshop PDF ;
  • le noir des fichiers EPS ne peut être forcé en surimpression sans le régler directement dans le logiciel qui a produit le fichier EPS ;
  • pas de groupes de nuances, de calques,... ;
  • les notes de bas de page ne peuvent être collectées à un autre endroit que le bas de la colonne où se trouve la référence ;
  • les notes de bas de page ne peuvent être gérées avec des tableaux ;
  • les notes de bas de page ne peuvent être automatiquement suivies d'un document à un autre dans un Livre ;
  • pas de palette OpenType, il faut toujours aller chercher ces fonctions dans le menu local des palettes Caractères ou Contrôle ;
  • On ne peut toujours pas modifier les occurences des en-têtes et pieds de tableau et y indiquer des variables de suite par exemple (1/3, 2/3, 3/3) ;
  • pas de formats de page différents au sein d’un même document.
  • quand des objets de maquette sont libérés, ils ne restent pas sur leur valeur de profondeur mais passent au-dessus des autres objets du même calque ;
  • pas de réadaptation automatique des guillemets lorsqu'un autre dictionnaire est appliqué au texte ;
  • impossible de spécifier une valeur en % plutôt qu'une valeur absolue pour les interlignages, espace avant, espace après,... ;
  • impossible d'appliquer un dictionnaire de langue à un calque ;
  • pas de sélection discontinue de texte ou de cellules de tableau ;
  • pas d'alertes pour prévenir que la Table des matières et l'Index ne sont pas à jour ;
  • impossible de choisir un Style d'Aplatissement des Transparences spécifique à une planche de pages, les options doivent être introduites manuellement ;
  • l'absence scandaleuse d'un dictionnaire serbe alors que cette langue est parlée par 10 millions de personnes rien que sur les territoires de l'ex-Yougoslavie tandis que d'autres langues moins importantes font partie du lot. Il serait temps d'arrêter de considérer la Serbie comme le paria de l'Europe alors que c'est à Belgrade que les livres InDesign sont traduits en langues slaves et que c'est l'un des plus grand marché des Balkans.

Pour pallier à ces gros défauts, dans certains cas, les plug-ins (sortez le portefeuilles) et les scripts peuvent nous faire gagner un temps précieux. Il s’agit de petits programmes qui utilisent des codes particuliers qui exécutent des tâches répétitives tout en exploitant à fond les fonctions même cachées du logiciel. Mais écrire un script nécessite une bonne connaissance soit du langage de programmation AppleScript sur Mac, Visual Basic sur Windows, ou JavaScript commun pour les deux plateformes. À mon avis, seuls 0,1% des infographistes savent scripter et un script personnalisé est généralement facturé entre 100 et 600 euros pour quelques heures de programmation et de tests. Je propose un service de création de scripts en JavaScript (Mac et PC) personnalisés, il suffit de m’écrire à branislav@milic.com.

[Retour à la Table des Matières]

INSTALLATION

Le processus d’installation est celui que l’on applique maintenant depuis des années. Insérez le DVD, double-cliquez le fichier d’installation Set Up et suivre les instructions.

Une fenêtre vous propose également d’installer de nouveaux composants :

Adobe AIR : ce moteur d'exécution permet aux développeurs d'exploiter des technologies web éprouvées pour la création d'Applications Internet Riches (R.I.A.) à déployer en local, tous Systèmes d'Exploitation confondus. Adobe AIR propose de nouveaux modes d'interaction avec les clients au travers d'applications s'exécutant localement, sans aucun changement au niveau des technologies, individus ou processus. Infos...

Adobe Drive CS4 : module de connexion spécifique à des projets Version Cue CS4. Dans la CS3, une fenêtre de dialogue Adobe spécifique dans les fenêtres de dialogue Ouvrir... et Enregistrer sous... était nécessaire pour accéder à des projets Version Cue CS3. Cette interface spécifique n'existe plus et laisse place à Adobe Drive qui offre une nouvelle méthode d'affichage des projets Version Cue disponibles sur votre réseau : des serveurs virtuels qui apparaissent comme d'autres serveurs standards dans les fenêtres standards des Systèmes d'Exploitation. Si vous n'installez pas Adobe Drive CS4 vous gagnerez quelques dizaines de méga-octets en mémoire vive.

Adobe Extension Manager : gestionnaire des plug-ins que vous ajoutez à certaines applications comme Dreamweaver. InDesign possédant son propre outil de gestion des plug-ins, je n'ai pas saisi pourquoi il est intégré sur le DVD d'installation d'InDesign seul.

Adobe Media Player : le lecteur vidéo gratuit d'Adobe qui n'est pas un concurrent de Windows Media Player, QuicTtime, Real Player ou VLC car il ne lit que des vidéos Flash en ligne, essentiellement du contenu à haute valeur ajoutée technologique. L'Adobe Media Player permet aussi de lire des fichiers .FLV ou .SWF sans passer par leur inclusion dans une page HTML. Infos...

Ces composants doivent de préférence être installés.

Attention, votre machine doit disposer d'au moins 1,5 Go de RAM pour une utilisation basique et de 2 Go de RAM pour être à l'aise. Vous pourrez toutefois installer la suite sur une machine avec 1 Go de RAM mais un message vous préviendra, au début du processus d'installation, que les conditions optimales d'utilisation ne sont pas rencontrées.

La fenêtre d'installation a été une nouvelle fois repensée mais la désinstallation est la même que dans la CS3 : le même installeur peut servir à la désinstallation alors que dans les versions antérieures à la CS3 il fallait suivre les instructions d'un fichier PDF pour déplacer manuellement les éléments à la Corbeille. C'est donc très simple : vous lancez l'Installeur et une option "Désinstaller" vous permet d'enlever les éléments de la Suite.

MacTel / PowerPC

InDesign CS4 tourne plus rapidement qu'InDesign CS3, en partie grâce à une interface qui comporte moins de bruit, moins de fioritures, mais aussi parce que le code a été optimisé, les bugs ont été nettoyés. Il y a moins de nouveautés, mais de nombreux bugs ont été corrigés.

Macintosh :

  • PowerMac G4 (laissez tomber), G5 ou Intel ;
  • Mac OS 10.4.8 minimum ;
  • 1,6 Go d'espace disque ($$$ Go pour la Creative Suite 4). Mais attention, il faut toujours prévoir au moins 5 Go d'espace libre sur le disque de démarrage en guise d'espace de travail pour les fichiers cache ;
  • 1 Go de RAM disponibles préconisés par Adobe. Largement insuffisant ! Les tests montrent que 1 Go de RAM c'est le strict minimum. Un Mac sérieux pour la PAO devrait avoir 2 Go de RAM minimum. De toute façon, Apple ne vend pas de MacTel avec moins de 1 Go de RAM ;
  • Lecteur de DVD ;
  • Résolution minimale de 1024 x 768 en 16,7 millions de couleurs (16 bits mais 24 bits recommandés) ;
  • Imprimante non-PostScript suffisante. Pour l’impression PostScript, une niveau 2 minimum est requise ;
  • QuickTime $$$ pour les fonctions multimédias ;
  • Attention : InDesign ne peut être installé et exécuté sur des volumes USF ou HSF.

Windows :

  • Intel Pentium 4 ou 5, Intel Centrino, Intel Xenon ;
  • Windows XP avec Service Pack 2 ou Windows Vista ;
  • 1,8 Go d'espace disque ($$$ Go pour la Creative Suite 4). Mais attention, il faut toujours prévoir au moins 5 Go d'espace libre sur le disque de démarrage en guise d'espace de travail pour les fichiers cache ;
  • 1 Go de RAM disponibles préconisés par Adobe. Largement insuffisant ! Les tests montrent que 1 Go de RAM c'est le strict minimum. Un PC sérieux pour la PAO devrait avoir 2 Go de RAM minimum. De toute façon, sur Vista il faut disposer d'1 Go de RAM minimum ;
  • Lecteur de DVD ;
  • Résolution minimale de 1024 x 768 en 16,7 millions de couleurs (16 bits mais 24 bits recommandés) ;
  • Imprimante non-PostScript suffisante. Pour l’impression PostScript, une niveau 2 minimum est requise ;
  • QuickTime 7 pour les fonctions multimédias. QuickTime n'est pas installé par défaut, un message à la fin de l'installation vous invitera à le télécharger depuis le site d'Apple.

[TDM]

La cohabitation entre versions

La Creative Suite 4 peut cohabiter avec la Creative Suite 1, 2 et 3 et même avec Photoshop 7, Illustrator 10, InDesign 2 mais pas avec les anciennes versions d'Acrobat (4, 5, 6, 7 et 8) si vous utilisez Acrobat 9. Si vous utilisez Acrobat 8, les versions antérieures ne doivent pas se trouver sur le même disque.

[TDM]

Ce qui est apparent après l’installation

Version Cue CS4 : dès l’installation de la Creative Suite terminée, apparaîtra sur la barre des menus du Finder de Mac OS X et sur la Barre des Tâches de Windows une icône qui donne accès à Version Cue, le module de gestion de projets. Il est aussi accessible via Pomme > Préférences Système de Mac OS X (Panneau de configuration de Windows). Des versions différentes peuvent cohabiter si vous avez plusieurs systèmes en même temps et chacune ne s’occupera que des versions de logiciels qui lui sont contemporaines.

Dans le dossier Applications, les versions CS3 et CS4 des logiciels cohabiteront et créeront chacune leurs jeux de préférences distincts. Donc les deux mondes peuvent cohabiter. Comme dans la CS3, Version Cue n'est pas activé par défaut et c'est tant mieux.

Un bon conseil : travaillez quand même avec seulement la CS4 sur un "MacTel" si vous êtes sur Mac et virez toutes les anciennes versions, vous éviterez quelques problèmes comme la gestion commune en colorimétrie, le partage de .joboptions, les problèmes de performances générales,...

Si des composants ont été mis à jour par Adobe juste avant votre achat, dès l’installation terminée, vous pouvez demander de lancer une inspection des serveurs Adobe. L’application Adobe Updater, logée dans le dossier Applications > Utilitaires > Utilitaires Adobe, peut aussi être lancée manuellement et elle détectera et vous proposera d’effectuer la mise à jour. L’Adobe Updater est configurable en le double-cliquant tout simplement, il effectuera par la même occasion une vérification.

Bridge CS4 est aussi installé par défaut et ne propose pas de grandes nouveautés, si ce n'est une interface repensée.

[TDM]

ACTIVATION

Comme pour la Creative Suite 2 et 3, la CS4, ou les logiciels de cette Suite installés séparément, nécessitent d’être activés par un serveur Adobe. Dès l’installation terminée (ou dès le lancement d’une application), une fenêtre vous invite à sérialiser la Creative Suite 4 et donc toutes ses applications. Vous n’êtes pas obligés de sérialiser la Suite immédiatement, une période d’évaluation de trente jours vous est accordée. Mais à chaque lancement un message vous rappellera de sérialiser la Suite et la synchronisation de la gestion des couleurs via Bridge est inaccessible. Passés les trente jours, vous serez obligés d’activer en ligne la Suite pour continuer à l’utiliser, c’est comme si vous aviez travaillé sur une version d’évaluation mais les fichiers produits seront lisibles par une version sérialisée ; normal, vous avez payé la licence.

Sur invitation de la sérialisation, il suffit de cliquer sur Activer et le logiciel devient utilisable. Oui, cela signifie que vous devez idéalement disposer d'une connexion Internet. L’opération d’activation ne dure que quelques secondes. L'activation peut aussi se faire via téléphone.

La licence vous autorise toutefois à utiliser le même logiciel sur deux ordinateurs différents en effectuant donc deux fois la procédure d’installation et d’activation. En fait, vous pouvez installer le logiciel sur autant de machines que vous le souhaitez mais seulement deux ordinateurs pourront obtenir la clé d’activation pour exécuter ces deux applications. Si vous désirez utiliser l’application sur un troisième ordinateur, vous devrez d’abord désactiver la clé d’autorisation d’un des deux ordinateurs via le menu Aide d’InDesign > Transférer l’activation... puis cliquer sur le bouton Transfert.

La licence transférée, InDesign sera alors désactivé, puis va quitter et vous ne pourrez plus l’utiliser sur cet ordinateur. Les autres applications continueront de tourner mais dès que vous les aurez quittées, elles ne seront plus utilisables (la faille que les pirates exploiteront ?)

Attention : la licence dit bien que vous achetez une seule licence ! Vous ne pouvez pas, même si c'est techniquement faisable, utiliser deux ordinateurs en même temps avec la même licence. Le principe de la double licence entre dans le cadre d'un travail sur une seule machine la journée et sur votre portable en soirée.

Vous trouvez le principe de l’activation scandaleux ? Je ne vois pas pourquoi ce serait un scandale puisque vous pouvez installer l’application sur deux machines, ce qui était déjà le cas auparavant avec la licence Adobe et qu’en plus l’opération est transparente et ne dure que trois secondes.

Vous sortez avec votre portable ? Transférez la clé sur celui-ci avant de sortir.

Vous avez besoin de plus de deux licences ? Achetez-en une supplémentaire ou achetez une licence multipostes.

Vous avez besoin de cinq licences ou plus ? Adobe vous vendra une licence multipostes (numéro de série unique) qui ne nécessitera pas d’activation en ligne.

ATTENTION : si vous comptez installer une licence TLP multipostes, n'installez pas les versions d'évaluation disponibles sur le site d'Adobe. Si vous l'avez fait, vous devrez d'abord les désinstaller avec l'installeur de la version d'évaluation puis installer les versions spéciales de la licence TLP. Vous ne pouvez pas appliquer un numéro de série TLP sur des versions d'évaluation.

Les problèmes éventuels

  • vous êtes en train d’installer les logiciels mais votre connexion est en panne ou le serveur Adobe tombe en rade ;
  • en déplacement votre portable plante et vous réinstallez les applications dans la chambre d’un hôtel qui ne dispose pas de connexion Internet pour activer les applications. Vous pouvez téléphoner à Adobe (un numéro est fourni avec le contrat de licence). Le service est disponible dans toutes les langues de localisation de la Suite. [TDM]

INTERFACE & AFFICHAGE

Windows envahit l'interface Adobe. Par défaut (ce ne sera peut-être pas le cas dans la version finale) InDesign s'affiche comme dans Windows dans une fenêtre d'application, un mode de fonctionnement rejeté par les utilisateurs de Mac. Cela signifie que l'application, les documents ouverts et toutes les palettes peuvent être déplacées en même temps en attrapant à la souris le cadre de l'espace "InDesign" comme le montre la capture suivante :

Si vous ouvrez plusieurs documents, ils s'affichent tous en même temps sous forme d'onglets et il est vrai que passer d'un document à l'autre ainsi, de manière plus visuelle, est plus facile même si sur Mac et Windows il y a des raccourcis. C'est une interface que vous risquez d'adopter rapidement d'autant qu'elle propose des options supplémentaires dans une barre supérieure pourvue de quelques boutons : passer à Bridge, afficher/masquer les repères, caractères masqués,... afficher/masquer le rognage, la ligne-bloc, organiser l'affichage en mosaïque (plusieurs modèles disponibles) de plusieurs documents ouverts en même temps.

 

Notez les onglets qui permettent de facilement trouver un document ouvert et de l'afficher.

Si vous n'accrochez pas à cette nouvelle interface, basculez simplement dans l'interface traditionnelle via le menu Fenêtres en décochant "Fenêtre d'application" et ce réglage sera préservé au prochain lancement de l'application.

Préférence : une option, cochée par défaut, vous permet de déplacer une fenêtre sans qu'elle soit aimantée à une autre fenêtre évitant ainsi d'être rassemblées.

Palettes : dernière option disponible dans les Préférences > Interface > Disparition automatique des palettes. Vous affichez une palette mais dès que vous cliquez en-dehors de celle-ci, elle disparaît ou est ramenée à son état d'icône.

Espaces de Travail : Adobe en propose de nouveaux mais ils ne sont vraiment pas pertinents (peu de palettes déployées) et n'affichent pas toutes les fonctions et en bas de chaque menu il faut souvent activer l'option "Afficher toutes les fonctions". C'est d'autant plus ridicule que généralement il ne s'agit que d'une seule fonction par menu qui est masquée. Configurez vos propres Espaces de Travail en vous assurant que toutes les fonctions sont affichées. Deux nouveautés toutefois pour les Espaces de Travail :

  1. Si vous activez un Espace de Travail A puis modifiez la position des palettes, InDesign garde en mémoire cette disposition des palettes. Passez dans un Espace de Travail B puis retournez dans l'Espace A : InDesign affiche non pas l'Espace A dans son état originel mais dans l'état où il se trouvait quand vous l'avez quitté. Si vous désirez vraiment réinitialiser l'Espace A tel que vous l'avez programmé, une commande "Réinitialiser l'espace [X]" se trouve en-dessous de la liste des espaces.
  2. On sait en permanence quel Espace de Travail est activé car son nom est affiché dans le coin supérieur droit. Un clic sur ce nom affiche les fonctions de gestion des Espaces de Travail.

L'écran de bienvenue

L'écran de bienvenue est toujours aussi intrusif par défaut comme dans la CS3 car même si vous cliquez sur le Bureau, il est toujours visible. Si vous n'aimez pas, cochez la case "Ne plus afficher" dans le coin inférieur gauche.

Les palettes

Les palettes changent de look, sont plus racées, avec une barre supérieure plus fine et un bouton de fermeture encore plus petit (voir la première capture d'Interface & Affichage). Comme dans la CS3, vous pouvez associer une palette sur la plate-forme grise de la palette des Outils mais seulement à gauche ou à droite de celle-ci, pas en-dessous !

Multi-touch Apple

Si vous travaillez sur un ordinateur portable Apple intégrant la technologie Multi-touch, vous pouvez :

  • Glisser (Swipe) Vidéo... : trois doigts balayant le pavé tactile vers la gauche/droite affichent la page suivante/précédente, vers le bas/haut affichent la planche suivante/précédente.
  • Pivoter (Rotate) Vidéo... : deux doigts qui pivotent en restant parallèles font pivoter l'objet sélectionné. Et si rien n'est sélectionné, c'est toute la planche qui pivote de 90°. Voir les fonctions de la palette Pages ICI.
  • Pincer et Écarter (Pinch And Expand (Magnify)) Vidéo... : serrez ou écartez deux doigts pour dézoommer ou zoomer sur la page. Si un objet est sélectionné l'objet sélectionné est placé au centre de l'écran.

Déplacement point par point avec vue d'ensemble (Power Zoom)

Ceci est absolument magnifique, du moins dans sa mise en œuvre, reste à voir combien s'en souviendront...

Cliquez sur la vignette pour voir la fonction en vidéo.

  1. Maintenez la barre d'espacement enfoncée pour afficher temporairement l'outil Main (si vous êtes dans un bloc-texte, le raccourci est Alt-Espace).
  2. Maintenez le bouton de la souris enfoncé pendant au moins une seconde : InDesign va alors temporairement dézoomer pour vous donner une vue d'emsemble de la planche de pages.
  3. Déplacez le carré rouge de zoom pour choisir un autre endroit du document.
  4. Si vous voulez changer la valeur de zoom, utilisez la molette de votre souris ou les flèches haut/bas du clavier.
  5. Lachez tout, InDesign vous emmène dans cette zone avec un zoom fluide.

Divers

* Le Pomme-H et le Alt-clic sur le Finder qui masquent InDesign sur Mac OS X sont à présent complètement fonctionnels.

* Si l'option d'affichage "Afficher les liens du texte" (chaînage) est activée, le Zoom avant se fait maintenant correctement.

* Toutes les boîtes de dialogue, même après redémarrage d'InDesign, conservent leur dernière position lorsqu'elles sont réouvertes.

* Des petits boutons "valeur à augmenter" et "valeur à diminuer" ont été ajoutés dans divers endroits : Styles de Paragraphe, Styles de Caractère, Formats de Rechercher/Remplacer, Styles d'Objet, options d'Effets, Effets de contour.

* Le nombre de fichiers récents listés dans le menu Fichier est configurable dans les Préférences > Interface.

* Annuler, via Pomme-Z / Ctrl-Z, ne tiendra plus compte des fonctions d'affichage comme c'était le cas dans InDesign CS3. InDesign n'enregistre plus dans l'historique les fonctions d'affichage : aperçu, grille, repères, violations, caractères masqués,...

* Un clic-droit sur un outil ouvre le menu local de cet outil.

* La palette Navigation a disparu en raison du PowerZoom.

[TDM]

GESTION DES PAGES

Pivoter le plan de travail

Vous réalisez un calendrier ou un document vertical qui devra être plié sur plusieurs faces et vous avez un mal fou à travailler sur des blocs pivotés à 180°. La palette Pages, le menu Affichage, le clic-droit, un raccourci-clavier a créer ainsi que le Multi-touch d'Apple vous permettent de pivoter la planche de pages par incréments de 90°. Quand j'ai demandé au chef-produit pourquoi ne pas avoir rassemblé les cinq méthodes en un simple bouton sur la palette Pages, il ne le savait plus mais il m'avait dit qu'ils y avaient pensé mais que l'idée a été abandonnée. Bien évidemment, les planches sont pivotées pour la visualisation et cela n'a aucune incidence sur l'impression. Vous êtes prévenu qu'une planche est pivotée par cette icône...

... et par l'ombre de la page si vous ne tirez pas de fonds perdus.

En voyant cette capture d'écran certains pourraient penser que l'on pourrait gérer des pages de dimensions différentes même si InDesign ne propose pas encore cette fonction. Que nenni...

Options de Section

Le champ de préfixe de section n'est plus pré-rempli avec "Sec" et lorsque les pages sont déplacées d'un document à l'autre les sections sont conservées.

Déplacement de pages

Lorsque des pages sont déplacées, les objets qui ne touchent pas les pages (et donc qui se trouvent sur la ligne-bloc ou sur le plan de travail) se déplacent avec.

Objets de maquette

Sélectionnez un certain nombre de planches et demandez dans le menu local de la palette Pages de masquer/afficher les objets de maquette. Seuls ceux des planches sélectionnées le seront.

Numérotation des pages

Les marqueurs de numéro de page affichent un nombre au lieu de "PB" (Pasteboard, plan de travail) lorsqu'ils se trouvent dans la zone de fond perdu ou sur la ligne-bloc.

Reliure

Dans un document recto-verso, le mode d'affichage "Règle par page" affiche désormais une numérotation partant de la reliure de part et d'autre avec des nombres positifs à droite et négatifs à gauche (numérotation inversée).

Transitions entre pages (PDF)

Déterminez pour toutes les pages ou certaines pages d'un document quelle transition adopter pour basculer d'une page à l'autre. Les options se règlent dans le menu local de la palette Pages mais ne sont visibles que dans le PDF exporté ou en SWF exporté. Lorsque des transitions sont utilisées, une petite icône le signale à côté des pages concernées sur la palette Pages.

[TDM]

GESTION DES DOCUMENTS LONGS

Références/Hyperliens croisés

Enfin ! Trois fois Enfin ! Pour indiquer sur la page 5 un renvoi de texte du genre "Voir la section « Les Avions » en page 17", InDesign permet de rendre ce texte dynamique. Si la section sur les avions est modifiée en « Les Hélicoptères » et déplacée à la page 19, le texte deviendra automatiquement à la page 5 "Voir la section « Les Hélicoptères » en page 19". InDesign CS4 permet aussi de rassembler et gérer dans une note de renvoi plusieurs ancres comme par exemple "Voir les annexes sur l'aérodynamique en pp. 58, 79 et 95".

Les références croisées fonctionnent comme des hyperliens et peuvent donc renvoyer à des ancres dans d'autres documents.

Vous devez d'abord spécifier quelles sont les points de destination d'une référence croisée : d'abord on spécifie l'arrivée, ensuite on crée le point de départ. Il y a deux moyens pour spécifier ces points d'arrivées : en insérant une ancre d'arrivée, ou en formatant du texte avec un Style de Paragraphe. Placez ensuite le curseur de texte à l'endroit où la référence devra s'afficher et demandez la fonction "Insérer une référence croisée" sur la palette Références croisées. Une fenêtre de dialogue s'affiche et vous demande s'il faut pointer vers un Paragraphe ou vers une Ancre de Texte.

Si vous choisissez "Paragraphe", vous disposez de la liste des documents InDesign ouverts (vous pouvez en ouvrir d'autres via le menu), de la liste de tous les Styles de Paragraphe du document sélectionné et dans la zone à droite de la liste de tous les textes formatés par le Style de Paragraphe choisi. Cliquez sur un des textes et immédiatement vous voyez dans le document une balise de référence ("voir page 17") qui s'ajoute. Ces balises de référence sont des styles que vous pouvez créer et modifier, et pour appliquer une balise de référence plutôt qu'une autre il suffit de la choisir dans la liste juste en-dessous. Pour éviter que la balise ne soit encadrée d'un liséré, choisisez l'option Rectangle Invisible.

Les balises de référence sont donc gérables en cliquant simplement sur le petit crayon à côté du menu qui les contient. Et dans la fenêtre de dialogue qui apparaît vous pouvez configurer l'aspect de cette balise et quel Style de Caractère doit la formater.

Quelle est alors la différence entre une Référence Croisée et un Hyperlien ? Un Hyperlien renvoit directement à la destination (URL, Courriel, Ancre de Texte,...), une Référence Croisée ajoute une balise dynamique de type "voir à la page X" mais peut aussi reprendre des élements d'un point d'arrivée. Exemple : ... et donc pour plus d'informations voir le chapitre "Les Planeurs" à partir de la page 58". Ici ce qui est en gras indique non seulement à quelle page se trouve la destination mais reprend le texte du nom du chapitre. Grâce aux Références Croisées vous pouvez en quelque sorte faire du Texte Synchronisé à la QuarkXPress 7.0 où lorsque vous modifiez le texte source, partout où il est repris il est mis à jour automatiquement.

Un drapeau rouge sur la palette Références Croisées indique qu'une RC ne mène à rien. Un triangle jaune indique que la RC doit être mise à jour.

Passer rapidement entre la référence et la destination se fait facilement en cliquant sur les flèches gauche/droite au bas de la palette.

Les Références Croisées sont cliquables dans un PDF à condition d'exporter au format Acrobat 5.0 ou en Acrobat 4.0 s'il n'y a pas d'effets de transparence. Au moment de l'exportation, une alerte vous prévient si des références croisées sont cassées.

[TDM]

GESTION DES OBJETS

Gestion intelligente des blocs

Voici une fonction très utile pratiquement à chaque clic de souris. Depuis Photoshop CS, on peut afficher des repères dynamiques qui indiquent les limites et centres des autres objets du plan de travail pour les aligner plus facilement et éviter de tracer des repères. InDesign intègre ce concept de Smart Guides en y ajoutant le principe des Smart Spaces. Ces deux options sont activées par défaut et c'est très bien ainsi.

Cliquez sur la vignette pour voir la fonction en vidéo.

Dessinez un bloc et dans le coin inférieur droit de l'objet en cours de dessin s'affichent les dimensions de celui-ci. Si d'autres objets sont déjà présents sur la page, des repères furtifs vous indiquent si l'objet en cours de création est aligné sur les bords ou les centres de ces autres objets.

Avant même de commencer le dessin d'un objet, le pointeur en croix affiche une petite flèche blanche pour indiquer que l'objet que vous allez dessiner est déjà aligné avec un autre à proximité, vous ne devez donc pas créer de repères, d'afficher la palette Alignement, de dessiner des grilles ou d'ajuster les valeurs sur la palette Contrôle.

Si une flèche furtive apparaît tout le long (en hauteur et/ou en longueur) de l'objet en cours de création, cela signifie que celui-ci a la même hauteur et/ou largeur qu'un objet déjà présent sur la page. Pour savoir de quel objet il s'agit la flèche furtive apparaît également sur l'autre objet existant.

Lorsque vous déplacez, pivotez, mettez à l'échelle des objets des repères furtifs vous indiquent leur alignement par rapport à d'autres objets de même que leur centrage par rapport à deux autres objets pour qu'il y ait équidistance.

Pour afficher/masquer les repères furtifs : Pomme-U / Ctrl-U.

Informations sur les objets

Le pointeur de la souris affiche à présent des informations de position, de rotation et de redimensionnement. Cette option d'affichage s'active ou pas dans les Préférences > Interface. Attention, cette fonction pourrait être supprimée dans la version finale.

Outil Transformation Manuelle

L'outil Tranformation Manuelle (E) distingue beaucoup mieux maintenant la prise d'un objet pour le pivoter ou pour le redimensionner. Le comportement est à présent similaire à celui de Photoshop.

Exécuter & Répéter

Les objets qui viennent d'être générés par cette fonction restent sélectionnés ainsi il sera plus facile d'appliquer un autre Exécuter/Répéter.

Objets ancrés

Une image fantôme s'affiche pour les objets ancrés lorsque vous les déplacez.

Les boutons "Précédent" et "Suivant" (sur la palette Contrôle) permettent de passer d'un objet ancré à un autre

Repères

Tous les repères sélectionnables et sélectionnés dans une planche peuvent être supprimés via un clic-droit sur la règle. Depuis InDesign 2.0, vous pouvez faire Pomme-Alt-G / Ctrl-Alt-G et supprimer.

Divers

Les boutons "Sélectionner le contenant" et "Sélectionner le contenu" (sur la palette Contrôle) sont à présents disponibles lorsque plus d'un objet est sélectionné et même si c'est un objet ancré qui est sélectionné.

[TDM]

GESTION DU TEXTE

Texte Conditionnel

Quand j'ai vu apparaître cette fonction lors du programme bêta j'étais assez dubitatif. C'est une fonction que les éditeurs de didacticiels comme moi vont utiliser à fond mais le commun des metteurs en en page saura-t-il l'exploiter sans s'emmêmer les pinceaux avec les calques ?

Je dois parfois écrire un même didacticiel en plusieurs versions :

  • expliquer en français comment gérer les Styles dans InDesign CS4 dans la version MAC française du logiciel ;
  • expliquer en français comment gérer les Styles dans InDesign CS4 dans la version WIN française du logiciel ;
  • expliquer en français comment gérer les Styles dans InDesign CS4 dans la version MAC anglaise du logiciel ;
  • expliquer en français comment gérer les Styles dans InDesign CS4 dans la version WIN anglaise du logiciel ;
  • expliquer en anglais comment gérer les Styles dans InDesign CS4 dans la version MAC anglaise du logiciel ;
  • expliquer en anglais comment gérer les Styles dans InDesign CS4 dans la version WIN anglaise du logiciel.

Utiliser les calques ? Utiliser un document différent par version ? Le débat faisait parfois rage dans ma tête. Comment la fonction Texte Conditionnel pourrait-elle m'aider à réaliser plus rapidement ces différents didacticiels.

Dans tout document de ce type il y a un texte de base qui contient des textes variables selon la version : les raccourcis-clavier, les chemins d'accès,... qui sont différents selon la langue ou le Système d'exploitation. Sur la palette Texte Conditionnel il y a toujours un objet nommé "Inconditionnel", il s'agit du texte de base et on ne peut le masquer. Par contre si je dois écrire le raccourci-clavier Mac ou Win, les noms des fonctions,... je dois les classer dans la condition "Logiciel en Français" ou "Logiciel en Anglais" ou "Raccourcis en Français" ou "Raccourcis en Anglais".

Dans cet exemple où je rédige un document en français pour des opérateurs d'un studio qui utilisent InDesign en anglais sur des Mac et des Win, je dois d'abord rédiger la phrase complète : "Pour afficher/masquer le chemin emprunté par les textes chaînés, vous devez d'abord cliquer sur un bloc-texte puis menu Affichage > Afficher les liens du texte menu View > Show Text Threads ~ Pomme-Alt-Y Ctrl-Alt Y."

Sur la palette Texte Conditionnel on crée les conditions suivantes :

  • Logiciel en anglais ;
  • Logiciel en français ;
  • Raccourcis Mac ;
  • Raccourcis Win ;
  • Raccourcis tilde (utilisé pour séparer le nom de la fonction et le raccourci).

Par défaut toute la phrase est marquée par "Inconditionnel" mais on :

  • sélectionne la portion (avec l'espace avant "menu") " menu Affichage > Afficher les liens du texte" et on coche la case "Logiciel en français" ;
  • sélectionne la portion (avec l'espace avant "menu") " menu View > Show Text Threads" et on coche la case "Logiciel en anglais" ;
  • sélectionne la portion (avec l'espace avant et après le tilde) " ~ " et on coche la case "Raccourcis tilde" ;
  • sélectionne la portion "Pomme-Alt-Y" et on coche la case "Raccourcis Mac" ;
  • sélectionne la portion "Ctrl-Alt-Y" et on coche la case "Raccourcis Win".

Maintenant en affichant/masquant certaines conditions vous pouvez afficher/masquer l'une ou l'autre version du didacticiel dans TOUT le document. Une condition est un groupe à afficher ou non pour tout le document.

Pour accélérer les choses vous pouvez aussi effectuer des Recherchers de textes dans la fenêtre Rechercher/Remplacer et leur appliquer des Conditions à la chaîne.

Qu'en est-il des images ? Vous ne pouvez ajouter une image dans une Condition de Texte que si cette image est un objet ancré dans le texte, pas s'il s'agit d'un bloc-image seul sur la page.

Conséquence de l'utilisation des Conditions de Texte : en affichant/masquant des conditions de texte vous risquez de raccourcir/rallonger de manière conséquente la longueur du texte, provoquant par ailleurs des résultats potentiellement inappropriés en matière d'habillage ou de présentation. Il faut donc bien mesurer les conséquences que cela implique sur des documents longs et préparer les maquettes et les styles de texte à s'adapter. D'autre part InDesign CS4 dispose d'une nouvelle fonction qui permet d'ajouter ou d'enlever des pages automatiquement en fonction de la longueur du texte. Les utilisateurs d'InCopy vont apprécier.

Formatage conditionnel du texte

Depuis InDesign CS1 on peut automatiser le formatage de certaines parties d'un texte formaté par un Style de Paragraphe ; il s'agit des Styles Imbriqués mais cela impliquait que le texte respecte la structure telle qu'elle a été définie dans le Style de Paragraphe. En incorportant le langage GREP, dont une des fonctions est de rechercher et formater du texte selon des conditions (rechercher tel texte à condition qu'il soit suivi de x mais pas suivi de y), on peut formater pratiquement n'importe quel texte à distance. Cela implique que vous connaissiez déjà le langage GREP qui n'est pas très compliqué. En une heure de formation je fais le tour de la question et les gens l'exploitent énormément et donc gagnent beaucoup de temps.

Dans une liste de prix on aimerait que le prix soit en rouge et s'il y a un prix promo à côté de l'ancien prix, seul le prix promo doit être en rouge. C'est ce que montre la capture suivante. Appliquer le Style de Paragraphe "PRODUIT-PRIX" à la structure "signe euro puis espace puis n'importe quel chiffre un ou plusieurs suivi d'une virgule suivi de n'importe quel chiffre un ou plusieurs et à condition que le tout soit précédé d'une tabulation".

Styles Imbriqués

On peut à présent appliquer un Style de Caractère seulement sur une ou plusieurs lignes d'un paragraphe. Utile par exemple pour mettre en petites capitales ou en gras la première ligne d'un paragraphe. Malheureusement on ne peut spécifier "seulement la dernière ligne".

[TDM]

TABLEAU

Styles de Tableau et de Cellule

Juste pour vous signaler que les presqu'inutiles Styles de Tableau et Styles de Cellule introduit avec InDesign CS3 n'ont pas bougé d'un pixel et que je vous conseille donc vivement d'utiliser le plug-in Smart Styles de Woodwing qui est tellement plus simple à configurer et à appliquer avec en plus des fonctions de calcul, de tri,... Sinon...

Divers

* Les tableaux peuvent être édités en mode Article dans InDesign et dans InCopy.

* Les notes (post-its) peuvent être ajoutées dans un tableau.

* Le sélecteur de contours de tableau conserve les derniers contours activés et ne se réinitialise plus à chaque utilisation.

[TDM]

IMPORTATION

Ajustement lors de l'importation d'images

Cliquez sur la vignette pour voir la fonction en vidéo.

Lorsque le pointeur est chargé avec une image importée, le dessin du bloc que vous allez réaliser avec le pointeur sera automatiquement aux proportions de l'image. Des cotes apparaissent à côté du pointeur lors du dessin du bloc. Lorsque vous lachez le bouton de la souris, l'image remplit proportionnellement le bloc et est centrée dans celui-ci, sauf si vous avez spécifié des options d'ajustement par défaut pour chaque bloc-image par défaut. Pendant que vous dessinez le bloc, la mise à l'échelle s'affiche en temps réel. Pressez Majuscule pendant l'opération si vous ne voulez pas que le bloc-image respecte les proportions de l'image.

Création automatique d'une planche-contact

Cliquez sur la vignette pour voir la fonction en vidéo.

Sélectionnez une série d'images sur le Bureau ou via la fenêtre Importer et validez. Dessinez le bloc en maintenant Pomme-Maj / Ctrl-Maj enfoncé. Une petite icône vous indique que vous êtes sur le point d'importer des images en grille. Tapez les flèches du clavier pour augmenter/réduire le nombre de cellules, la grille est dessinée, lachez le bouton de la souris : les images sont placées sur la page comme sur une planche-contact. S'il reste des images à placer, recommencez l'opération et ainsi de suite vous importez le solde d'images restant chargé en mémoire.

Pages InDesign importées

Alt-double-clic sur une page InDesign importée ouvre le document InDesign importé à la page alt-double-cliquée. C'est pas beau çà ?

[TDM]

GESTION DES IMAGES

(Copier / Coller dedans

En copiant une image d'un bloc où elle a été recadrée d'une certaine manière, elle peut être collée dans un autre bloc et maintenir les mêmes options de recadrage. Ce comportement était possible dans InDesign CS2 et inférieur mais avait disparu dans InDesign CS3.) - À CONFIRMER...

Choisir l'application d'édition des images

Dans le menu Édition, dans les options de la palette Liens et dans le menu contextuel, on peut choisir quelle application va ouvrir l'élément importé. Un droplet d'actions Photoshop est considéré comme une application donc vous pouvez faire appliquer une série d'actions Photoshop à une image importée dans InDesign.

[TDM]

GESTION DES LIENS

La nouvelle palette Liens voit son nombre d'options exploser, ce qui en fait une nouveauté majeure d'InDesign CS4. J'ai soumis une bonne douzaine d'améliorations possibles aux développeurs pour la CS5 mais les bases d'un changement radical dans votre phase pré-presse d'un projet sont là.

Tout d'abord, si vous voulez vraiment exploiter la palette Liens dans toute son acception, c'est-à-dire si vous êtes un opérateur pré-presse ou si vous faites souvent du pré-presse, ajoutez un second moniteur car une fois étendue à son maximum, la palette Liens vous propose une vue d'ensemble très pertinente du document.

Ensuite, configurez les options que vous voulez voir s'afficher en passant par le menu local de la palette > Options de palette. Attention : vous ne pouvez créer des jeux d'affichage/masquage d'options. Ce que vous décidez d'afficher ou pas dans la palette Liens est enregistré dans l'Espace de travail que vous allez enregsitrer.

Une fois que vous avez coché toutes les options que voici ...

... voici ce que vous obtenez :

Cliquez sur cette vignette pour l'agrandir.

  • une vignette de l'image et entre parenthèses le nombre de fois où elle est répétée dans le document. TRUC : Pomme-clic / Ctrl-clic sur la fléchette et ce sont toutes les images qui affichent les occurences ;
  • le numéro de la page où se trouve l'image. Un clic est vous y êtes emmené ;
  • possibilbité de vérifier si un profil ICC différent sera appliqué sur l'image et donc modifiera ses couleurs, si l'image est pivotée, si elle est sur le bon calque (d'un seul coup d'oeil vous pouvez vérifier la position de toutes les images) ;
  • le chemin vers le fichier sur le disque dur ;
  • une série d'informations sur le statut des articles InCopy liés à la mise en page.

En outre, vous pouvez :

  • sélectionner une série d'images et les copier vers une autre destination, InDesign s'occupera de mettre à jour les liens vers cette nouvelle destination ;
  • les données XMP (metadata) sont accessibles via clic-droit sur chaque lien. La fenêtre XMP est à présent organisées à l'horizontale ;
  • le chemin vers la photo peut être copié dans le presse-papiers soit au format InDesign soit au format du Système d'Exploitation utilisé.

Dernière chose : dans les Préférences > Gestion de fichiers, deux options supplémentaires :

  • vous pouvez cocher une option pour qu'à l'ouverture d'un document, InDesign ne vérifie pas les liens ou les liens manquants ;
  • lorsque vous éditez un lien, vous pouvez demander à InDesign de chaque fois ouvrir le dernier dossier ouvert (comportement de CS3) ou le dossier qui contenait le lien lors de l'Assemblage (comportement de CS2 et antérieur).

Voici la liste des quelques fonctions que j'ai soumises aux développeurs pour la CS5 :

  • exporter en tant que fichier TXT ou RTF toutes les informations de la palette Liens pour faciliter la lecture sur un imprimé plutôt de de balayer la grande palette ;
  • les informations rassembées dans le groupe d'une image devraient montrer toutes les autres valeurs des autres occurences si elles sont toutes similaires. Si elles sont différentes, alors afficher "Valeurs multiples" ;
  • les liens qui ne respectent pas les règles établies par le profil Contrôle en Amont en cours d'utilisation devraient être mis en évidence ;
  • possibilité d'enregistrer différents jeux d'options plutôt que de le faire en enregistrant un Espace de Travail ;
  • la palette Liens n'indique pas si des objets sont imprimables ou pas ;
  • renommer un fichier sur la palette Liens le met effectivement à jour sur le disque dur et par la même occasion InDesign met à jour le lien.

[TDM]

COULEURS

La palette Kuler, qui va chercher en ligne, parmi les suggestions des utilisateurs, des harmonies de couleurs en RVB, est disponible dans InDesign. Cette palette existait déjà sous une forme un peu différente dans Illustrator CS3 et en tant que Widge pour Mac OS Xt. Une palette de couleurs RVB dans un logiciel de mise en page pour l'impression, vous jugerez par vous même... à moins que ce soit spécifiquement destiné pour créer des documents interactifs aux formats PDF ou Flash. Glissez simplement les nuances de la palette Kuler sur la palette Nuancier.

[TDM]

AUTOMATISATION

Fusion de données

Au lieu de passer par la création d'un document InDesign, la fonction Fusion de Données propose de créer directement un PDF qui utilisera la technologie PDF XObjects et qui permet de n'enregister qu'une fois les éléments répétés afin de réduire le poids du PDF. La fonction Fusion de Données permet depuis InDesign CS avec le PageMaker plugin d'automatiser la création de mailings, cartes de visite, badges,...

[TDM]

INTERACTIVITÉ

Palette Boutons

La palette a été repensée pour proposer plus de fonctions sur la palette même et non dans des fenêtres de dialogue spécifiques, le menu local ne contenant plus que les options d'affichage (visible dans InDesign mais invisible dans le PDF, invisible dans InDesign mais visible dans le PDF, etc) et une petite bibliothèque de boutons prêts à l'usage.

[TDM]

SORTIE

Palette Contrôle en Amont

Le 10 février 2001 j'étais en train d'écrire un article sur FlightCheck, le logiciel de contrôle prépresse de Markzware pour QuarkXPress et InDesign. Un des développeurs de FlightCheck me décrit dans un mail une technologie en cours de développement chez eux qui permettrait de vérifier si les document QuarkXPress, InDesign ou les PDFs correspondent à un certain nombre de critères établis par l'imprimeur. En fait ils étaient en train de développer un outil complémentaire à l'actuel JDF.

Quelques instants plus tard, après avoir fair un tour par l'armoire qui contient d'habitude les tablettes de chocolat noir, me vint une idée et d'un jet je la déposa sur un email que j'envoya derechef aux développeurs d'InDesign. Voici ce mail. L'idée est la suivante : établir dans InDesign un certain nombres d'exigences et restrictions et dans la seconde où l'opérateur effectue une tâche non autorisée il est prévenu par une alerte, en quelque sorte un contrôle en amont en temps réel. Aussi, si on ouvre un document qui n'est pas le fruit de notre réalisation, au lieu de passer des heures à tout vérifier, InDesign nous affiche un rapport complet et il n'y a plus qu'à corriger les points litigieux affichés

Ces dernières années j'en ai parlé à plusieurs reprises aux développeurs et finalement, en juin 2007 à New York, lors d'une ultime réunion dans un snack asiatique près de la Fashion Avenue, quelques personnes et moi fixions les quelques éléments à prendre en compte pour cette fonction. Là voici maintenant dans InDesign CS4 !

Menu Fenêtre > Sortie > Contrôle en Amont ou double-clic, dans le coin inférieur gauche de la fenêtre, sur l'alerte "x erreurs" :

  • la fonction peut être activée ou pas. Activée elle scanne le document en permanence et pourrait ralentir InDesign. Mais les développeurs l'assurent, la fonction ne scanne le document que lors de l'ouverture et lorsque vous ne faites rien dans l'application ;
  • vous pouvez créer et choisir un profil de contrôle. Un bouton à droite du nom du profil vous permet d'intégrer ce profil de vérification au document ainsi il voyage avec celui-ci ;
  • les erreurs s'affichent par catégories e,t lorsque vous déployez une catégorie, des options supplémentaires s'affichent avec la possibilité de cliquer sur un lien pour être emmené directement sur l'objet litigieux ;
  • au bas de la palette, vous pouvez choisir de scanner tout le document ou seulement certaines pages ;
  • toujours au bas de la palette, des informations supplémentaires sur le problème relevé et des conseils pour le résoudre ;
  • dans le menu local de la palette, créer et éditer les profils (1), configurer comment le profil doit être utilisé (2), la possibilité de sauver le rapport au format PDF ou TXT.

1. Créer et éditer des profils

Prévenir si des images on moins de ou plus de x ppp en sortie, s'il y a du texte en excédent, si des contours ont moins de x pt d'épaisseur, si des textes ont moins de x pt, si des effets de transparence sont utilisés, si le document contient bien un nombre de pages multiple de 4, si de la surimpression est appliquée à des objets blancs,...

2. Options de Contrôle en Amont

Quel profil doit être utilisé par défaut, faut-il incorporer le profil dans le document, à l'ouverture faut-il lire le profil incoproré ou celui de l'application, faut-il analyser les calques cachés, les objets en-dehors de pages, les objets non-imprimables ?

[TDM]

EXPORTATION

Exportation au format Flash

indesigncs4-60

Adobe essaye depuis la version 1.0 d'exporter du contenu destiné au papier vers d'autres médias et les réussites sont diverses :

  • InDesign 1.0 : exportation au format HTML, très basique et abandonné dès InDesign 2.0. Rarement utilisé par les utilisateurs ;
  • InDesign 2.0 : exportation au format XML pour mieux répondre aux besoins naissants en matière de publication plurimédias avec réutilisation dynamique du contenu. Évolutions progressives à chaque version avec beaucoup d'usages réussis dans les groupes de presse ;
  • InDesign CS3 : exportation au format XHTML pour Dreamweaver pour facilitier la transposition d'un contenu print vers un contenu Web. Qui l'utilise à part moi chez mes clients ?

Exportation simple : InDesign CS4 s'essaye à présent à l'exportation vers le format .SWF, le format d'exécution du format Flash. Les boutons interactifs, les hyperliens, les transitions de page,... tous cela est intégré dans un fichier .SWF lui même intégré dans une page HTML. On dirait un gadget mais après quelques tests effectués je peux vous dire que soumettre ainsi un document en ligne sans passer par le PDF c'est encore plus simple et plus efficace en lecture, à condition que Flash Player 9 soit installé chez la personne qui lira le document. Cependant il n'y a aucune possibilité d'annoter le document ni de copier-coller du texte, mais l'impression ne se fait que planche par planche et en pixels,... cela se comporte donc comme un site fait en Flash. Grosso modo, on obtient un document juste bon à être feuilleté. Attention aussi aux mises en page chargées d'effets : un bloc-image transparent au-dessus d'un bloc-texte comportant un texte avec un hyperlien annulera l'hyperlien. Voir la démo ci-dessous :

 

Exportation au format XFL : si vous désirez ajouter plus d'interactivité, comme faire apparaître des blocs-texte avant d'autres, faire apparaître des blocs-image de manière conditionnelle,... vous devrez exporter le document InDesign au format XFL qui va prémacher la mise en page InDesign pour Adobe Flash CS4 Professional dans lequel vous allez faire de l'authoring plus poussé. Pour cela il vous faut une certaine maîtrise de Flash CS4. Voir la démo ci-dessous :



Voici un exemple réel d'exportation simple : j'ai ouvert un document InDesign relativement chargé puis en un seul clic, via la palette Pages, j'ai appliqué une transition de page tournée entre les planches. Ensuite Fichier > Exportation > SWF et en cochant quelques options on obtient un fichier HTML qui contient le fichier SWF optimisé.

Cliquez ICI pour voir ce fichier SWF en ligne qui pèse 1,1 Mo et que j'ai volontairement réduit en taille. On peut aussi commander le passage automatique en affichage plein écran. Avec la souris attrapez le coin inférieur droit de la page et tournez-la.

Naissance du IDML (InDesign Markup langage)

Basé sur la norme XML, l'IDML permet de structurer le code d'un document InDesign par catégorie et de permettre à des développeurs tiers d'assembler, de décomposer, de modifier des mises en page sans ouvrir les documents .INDD. Ceci permettra aux développeurs travaillant notamment sur InDesign Server de plus facilement jongler avec les objets InDesign.

Enregistrement aux formats InDesign CS3 (5.x)

La technique est la même que dans InDesign CS3 : Fichier > Exporter > InDesign CS Interchange. Il suffit alors d’ouvrir dans InDesign CS3 le document .INX qui devient un "Sans titre". À noter toutefois que les fonctions spécifiques à CS4 ne sont pas gérées dans la CS3 sauf les Puces & Numérotations qui peuvent être "aplaties" pour ne plus dépendre d’une fonction spécifique, mais on perd alors la flexibilité de leur gestion. Un fichier INX CS4 ne peut être ouvert dans InDesign CS2.

Notez toutefois que le copier-coller d’objets InDesign CS4 vers InDesign CS3 ou vers InDesign CS2 n’entre pas en ligne de compte d’une gestion INX. Les objets et effets complexes sont fusionnés en PDF transparents sans possibilité d’édition dans InDesign CS2 ou CS3.

[TDM]

SCRIPTING

* Vous pouvez à présent inclure dans un script des options d'ajustement d'image après importation ou lors d'une réimportation : myFrame.fit(FitOptions-.applyFrameFittingOptions.

* Les scripteurs peuvent ajouter des instructions d'empilement des objets (arrière-plan, avant-plan,...) avec les nouvelles instructions bringToFront et sendToBack.

[TDM]

TRAVAIL COLLABORATIF

Acrobat.com/ConnectNow...

Vous avez envie d'afficher l'image de votre moniteur dans un chat vidéo à trois (gratuit) et même laisser vos interlocuteurs agir sur votre mise en page à distance ? Allez dans le menu Fichier > Partager mon écran... Cette fonction fait partie de la pléthore de services en ligne Acrobat.com par lesquelles vous pouvez échanger des documents, écrire des documents-texte, créer des PDFs, laisser les gens écrire ou ajouter des éléments sur un tableau blanc. Toutes les fonctions d'Acrobat.com ne sont pas gratuites. Inscription obligatoire.

[TDM]

PRIX HTVA ET DISPONIBILITÉ

Pour la CS2, les prix des versions françaises avaient frisé l'indécence. Les prix de la CS3 étaient une véritable insulte. Les prix de la CS4 sont tout aussi effrayants... la faiblesse du dollar explique-t-elle vraiment cette différence ? On sait qu'Adobe doit payer des traducteurs européens qui facturent en euros, cela lui coûte donc plus cher... Si vous achetez les logiciels dans un magasin physique américain, ils coûtent HTVA deux fois moins chers. Et vu que la taxe locale aux États-unis oscille entre 6 et 9%, vous êtes gagnants à coup sûr.

Les éditions Design et Web de Creative Suite 4 seront disponibles en français vers la fin de l'année 2008. Les suites Production et Master Collection arriveront dans le commerce un mois plus tard.

InDesign CS4

Prix complet de la licence InDesign CS4 en français : 849 € HT
Prix complet de la licence InDesign CS4 en anglais : 699 $ HT (473 € HT aux US)

Prix de la mise à jour (depuis InDesign 2.0) InDesign CS4 en français : 249 € HT
Prix de la mise à jour (depuis InDesign 2.0) InDesign CS4 en anglais : 199 $ HT (139 € HT aux US)

--

Creative Suite 4 DESIGN STANDARD (PS + AI + ID + ACROBAT 9)

Prix complet de la licence CS4 DS en français : 1.699 € HT
Prix complet de la licence CS4 DS en anglais : 1.399 $ HT (946 € HT aux US)

Prix de la mise à jour CS4 DS en français : 599 € HT
Prix de la mise à jour CS4 DS en anglais : 499 $ HT (338 € HT aux US)

--

Creative Suite 4 DESIGN PREMIUM (PS Ext + AI + ID + ACROBAT 9 + DW + FL Pro + FW)

Prix complet de la licence CS4 DP en français : 2.199 € HT
Prix complet de la licence CS4 DP en anglais : 1.799 $ HT (1.217 € HT aux US)

Prix de la mise à jour CS4 DP en français : 749 € HT
Prix de la mise à jour CS4 DP en anglais : 599 $ HT (405 € HT aux US)

--

Les mises à jour peuvent se faire des produits suivants :

Photoshop CS, CS2, CS3
InDesign CS, CS2, CS3
Illustrator CS, CS2, CS3
Dreamweaver MX 2004, 8
Flash, Flash Pro, Flash Basic MX, MX 2004, 8, 9
After Effects Professional 6.x, 7.x
Premiere Pro 1.x, 2.0
Premiere 6.x

Les mises à jour de Suite peuvent se faire des produits suivants :

Creative Suite Standard 2.0, 3.0
Creative Suite Premium 2.x, 3.X
Studio MX 2004, 8
Production Studio Standard 1.0
Production Studio Premium 1.0

--
  • Si vous achetez dès aujourd'hui l'Adobe Creative Suite 3.3 Design Premium, vous recevrez gratuitement la mise à jour en CS4 dès sa disponibilité.
  • Sur l'Adobe Store on peut maintenant payer avec un compte PayPal.
  • Les versions d'évaluation ne seront disponibles qu'un mois au moins après la disponibilité des applications, à savoir vers la fin 2008.
  • Dernière chose : lorsque vous enregistrerez la CS4 en ligne, une nouvelle police (Sanvito Pro) sera offerte gratuitement parmi d'autres petits cadeaux.
  • [TDM]

© 2008 - Branislav Milic - Toute reproduction strictement interdite sans l'autorisation de l'auteur.